coup de coeur, littérature classique

L’Assommoir d’Emile ZOLA

✔️Mon ressenti : Ce grand classique de la littérature que je lis pour la ènième fois, m’a encore une fois complètement emportée avec ses personnages. Il s’agit du Septième Tome dans la série des Rougon-Macquart.


Gervaise et Auguste Lantier débarquent de Plassans à Paris avec leurs deux enfants Claude et Etienne. Après avoir tout dépensé à leur arrivée dans des loisirs extravagants, les voilà avec des difficultés à joindre les deux bouts. Lantier, rêvant politique et privé de sa liberté, les laisse tous les trois alors que Gervaise est au lavoir. Après une période de profond trouble, elle se résigne. C’est alors que Coupeau, zingueur, lui propose de mener une honnête vie, loin de l’alcool et de la violence habituelle. Et Gervaise commence à y croire, pleine de son courage et de ses rêves simples…


Ce roman qui se déroule au milieu du 19 ème siècle est une pépite. Zola nous décrit fidèlement les situations de la vie quotidienne mais également les événements et les sentiments de l’époque. C’est également la maman de Claude : personnage principal de L’œuvre, d’Etienne, celui de Germinal et d’Anna, celle de Nana. De nombreux thèmes y sont abordés : la solitude, la misère, la vengeance, l’abondance, le paraître, la famille, la mort, la violence et l’alcoolisme.

C’est un roman d’une richesse incroyable. Le personnage de Gervaise est un de mes personnages préférés de la littérature. Une femme forte qui fait avec ce qu’elle a, différente : elle boite « la banban », avec un rêve simple qu’elle touche du doigt, mais que les épreuves de la vie vont rattraper… Une héroïne au destin tragique. Je rêve de marcher un jour Rue de la Goutte d’Or à Paris…


Une fois de plus, c’est un coup de cœur. A lire au moins une fois !


🗣Citation : « Et elle jetait des regards obliques sur la machine à soûler derrière elle. Cette sacrée marmite, ronde comme un ventre de chaudronnière grasse, avec son nez qui s’allongeait et se tortillait, lui soufflait un frisson dans les épaules, une peur mêlée d’un désir. »


🎯Mots Clefs : Misère / Blanchisseuse / Rêve / Alcool / Destin


🏆Ma Note : 20/20


📚Résumé : « L’Assommoir », septième roman des « Rougon-Macquart » raconte le drame de la vie populaire : l’alcoolisme, propagé par les débits de boissons nommés à juste titre des « assommoirs ». Coupeau, bon ouvrier zingueur, après un accident, au cours d’une longue convalescence, se laisse gagner par l’alcool. Sa femme Gervaise, qui avait de haute lutte acquis une blanchisserie, après avoir résisté, est à son tour entraîné jusqu’à la pire déchéance.


Éditeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 559 (avec préface et dossier sur les Rougon Macquart)
Date de publication : 1876 en feuilleton

Publicité

1 réflexion au sujet de “L’Assommoir d’Emile ZOLA”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s