Témoignage

Femme Porcelaine de Mehdi HERAUT-ZERIGUI

✔️Mon ressenti : Je suis de nature curieuse, et j’aime aussi varier les genres de mes lectures.
Classer celui ci est un peu compliqué, l’auteur a en réalité retransmis le témoignage de plusieurs femmes victimes de violences conjugales : les femmes porcelaine, par le biais d’une seule qui est un peu toutes ces femmes à la fois.
Il a choisi, non pas de les relater à la manière d’un monologue ou d’un dialogue, mais en offrant autant de chapitres que ses rencontres et chaque chapitre pourra revêtir une scène de théâtre, un entretien, le texte d’une chanson… Cela rend le livre très facile à lire malgré le thème abordé
En début de chaque chapitre, un témoignage réel de quelques lignes, reprenant le prénom, l’âge et la profession de son auteur de quoi nous rendre compte en tant que lecteur, qu’elles sont partout de tous les milieux sociaux et de toutes les générations.
Un récit tout en sensibilité parlant aussi bien des débuts, des actes (tout en pudeur), de l’entourage, des enfants, des amis, des parents. Tout est retransmis sous forme de fait, pas de parti pris ni de récit larmoyant, juste une possibilité de nous transmettre leur vécu et leurs façon de penser. Il est avant tout porteur d’espoir.
Un petit livre qui remue vraiment en profondeur et qui met en lumière le ressenti de ces femmes et leur façon de réagir. Je suis sûre qu’il restera gravé en vous.


🎯Mots Clefs : Violence / Femme / Entourage / Culpabilité / Homme


🏆Ma note : 20/20


📚Résumé : Pendant longtemps j’ai eu peur de me le dire, de me l’avouer. Je faisais confiance à l’éducation que j’avais reçue. J’avais honte. Je me sentais sale. Sale et fatiguée. Mon corps me répugnait. Il ne m’appartenait plus. Je me sentais coupable. J’étais la geôlière de ma propre douleur. En ne faisant rien, en ne disant rien, j’emprisonnais avec moi la condition de mon sexe. Prisonnière. Mais j’avais peur. Peur d’avoir encore plus mal. Peur de la douleur. J’étais ridicule et pire encore. J’avais honte.Puis, les mots, des centaines de mots ont commencé à surgir avec les coups. Plus il me frappait, plus j’écrivais dans ma tête. Chaque fois que mon crâne cognait, chaque fois que j’étais humiliée, destituée de mon corps de femme, dès lors que je devenais une chose, il fallait que je me raconte cette histoire. Je ne devais pas oublier. J’étais une femme porcelaine.Ces chroniques que tu t’apprêtes à découvrir, toi lecteur, sont l’écho de nombreux entretiens, témoignages, récits de vie, tous issus d’une réalité que l’on préférerait imaginaire. Ces souvenirs sont la rencontre de l’art et de destins bouleversants, d’histoires de femmes à couper le souffle, de petits riens, de rires, de larmes, mais surtout de beaucoup d’humanité. Ces femmes sont des guerrières, des survivantes, elles ont osé prendre la parole, elles ont raconté, et nous leur rendons hommage. Ces femmes, fortes, qui ont entrepris de braver l’inconstance, ont donné naissance à Abigaëlle Baumgartner, femme porcelaine.


Éditeur : Editions Publiwiz
Nombre de pages : 113 en format broché
Date de publication : 18 Septembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s